achievement-agreement-arms-1068523

Panorama de l’écosystème entrepreneurial en Martinique

Régine Michalon
Régine Michalon

L’écosystème martiniquais est en plein développement. L’occasion pour MartiniqueTech de faire le
point et de tenter de dresser un état des lieux des acteurs en place.

Quelques notions

L’attractivité de l’île reposant principalement sur le tourisme, le développement par l’innovation n’était
pas une option envisageable pour nos ainés, ou en tout cas, elle ne semblait pas logiquement devoir
passer par nous et s’inscrire dans notre histoire. Aujourd’hui, force est de constater que
l’environnement entrepreneurial martiniquais tend à se structurer pour :
– enfin voir émerger des pépites locales,
– attirer des capitaux étrangers
– et également peut-être, rapatrier les cerveaux partis chercher la réussite ailleurs.

Alors comment est composé l’écosystème local ?
Quid de l’existant.

Les institutions

Si l’écosystème se structure aujourd’hui il est peut être dû en partie par l’action des institutions qui
s’interrogent et s’intéressent sur la place qu’occupe la Martinique sur l’échiquier national, voire
mondial. Conscients de nos ressources en interne et de notre potentiel, on remarque aujourd’hui que
des élus locaux se posent des questions quant à notre positionnement et notre plus-value. Outre les
appels de retours au pays, concrétisés par différentes actions passées et actuelles, la réflexion sur
notre positionnement en matière d’innovation est menée. En témoigne l’étude réalisée par Idate
Consulting, intitulée “Etude de la filière numérique en Martinique” et diligentée pour le gouvernement,
la CCI et la CTM en fin d’année dernière.
Néanmoins, nous pouvons nous interroger quant à la finalité des intentions des institutions locales à
ce niveau. En effet, sur le terrain, les acteurs peinent à voir les choses se matérialiser.

Quant au Ministère de l’Outre-Mer, il oeuvre pour une structuration de l’écosystème dans sa globalité.
Autrement dit, la question du numérique au sein des départements et des territoires d’Outre-Mer est
bel et bien un sujet d’actualité. Pour exemple, en septembre de cette année, s’est tenu à Nantes le
NEC « Numérique en commun », où étaient invités différents acteurs ultra-marins pour travailler et
établir un état des lieux de la situation dans ces territoires. Ces derniers ont établit un compte rendu à
cet effet. Cette rencontre était initiée par Mounir Mahjoubi, Secrétaire d’Etat chargé au numérique et
le Ministère de l’Outre-Mer.

Les clubs de startups ou d’entrepreneurs

De ce côté là, nous n’avons pas à rougir. En effet, même si les réseaux sont moins nombreux qu’en
métropole (n’oublions pas que nous vivons sur une île), ils ont le mérite d’exister et d’être actifs.
En effet, les associations sont très dynamiques et les tiers-lieux de type coworking offrent un panel
d’ateliers et d’événements de qualité.
Nous pouvons citer par exemple la FTPE, Outre Mer Network, Cluster GAT Caraïbe, Entreprendre
Martinique, OpenIT, ou encore les espace de coworking comme BeBooster, BeJungle, le Cosy (liste
non exhaustive) et bien-sûr le réseau MartiniqueTech qui, sans prêcher pour notre paroisse, est très
actif.

Les financements

Sur l’entrepreneuriat innovant, les banques peinent encore à comprendre/financer des projets. De
plus, à ma connaissance, il n’existe aucun réseau de business angel et de fonds d’investissement en
local. Par conséquent le chemin peut s’avérer fastidieux pour développer une entreprise dans le but
d’en faire une scale-up*.
L’entrepreneur pourrait espérer compter sur le financement public de type, Caisse des dépôt, BPI,
aides et subventions. Cependant, les représentants de ces dites instances manquent de visibilité
et/ou de marge de manoeuvre. En effet, combien d’entre eux instruisent des dossiers et
accompagnent concrètement les entrepreneurs martiniquais au montage de dossier de financement ?
De fait, l’on se rabat sur ce qui est plus à portée de main (prêt d’honneur, love money quand on peut,
concours quand il y en a).

Les structures d’accompagnement

Les entrepreneurs et porteurs de projet peuvent en outre, trouver conseil auprès de différentes
structures d’accompagnement. On peut par exemple citer la Technopole, la CCI, le Cap Nord
Martinique, etc… qui accompagnent depuis des années maintenant les chefs d’entreprise et porteurs
de projet.
Pour autant, aucune structure dédiée à l’entrepreneuriat innovant, de type incubateur n’est en place.
Hallucinant, quand on regarde ce qui se passe en métropole (les incubateurs et accélérateurs,
spécialisés ou non, à foison) ou à la Réunion.

Le Village by CA devrait voir le jour en Martinique. Il s’agirait d’une question de temps. à suivre…

En définitive…

Tandis que l’écosystème métropolitain est arrivée à maturité, avec des fonds et des réseaux de
business angels bien identifiés, voire qui se créent chaque année et, des structures
d’accompagnement bien connues qui font le taff, les Outre-Mer et en l’occurrence la Martinique, a
encore un bon bout de chemin à faire pour se mettre au niveau. Mais les premières pierres se posent.
Gageons qu’elles se stabilisent vite !
Régine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X